South Harmon Institute of Technology


 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayubi Maaka
° Classe 3 °
° Classe 3 °
avatar

Féminin
Nombre de messages : 111
Age : 27
Classe : ... 3... comme le nombre de fois ou tu perdras...
Orientation sexuelle : bi à dominance hétéro
Petit(e) ami(e) au SHIT : C'est à lui de voir...
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Mer 12 Mar - 16:14

Après ses paroles, un sourire s’afficha sur le visage généralement triste de Xeno. Un sourire dont Ayubi avait eut du mal à le faire quant elle était libre de son oncle, un sourire qui montrait bien là qu’il était heureux. Ce sourire devait certainement être très rare pour faire autant d’effet à Ayubi. Cet effet fut accentué par la douce caresse de Xeno pour montrer à Ayubi que lui aussi aimait être dans ses bras. Mais malheureusement, ce fut peu de temps qu’ils restèrent dans les bras l’un de l’autre car Ayubi ne se sentait pas trop en sécurité si près du rebord. Elle préférait remonter et pour cela, Xeno était venu l’aider pour qu’elle ne force pas sur son genou. Elle enfila la veste qu’il venait de lui poser sur les épaules, chaude et imprégné de son odeur, puis montant tranquillement tuile par tuile, elle posa sa main sur celle installé sur sa hanche et regarda avec un doux sourire, le jeune homme à qui appartenait cette main. Sentant l’étreinte entre eux se resserrer, elle arrêta ses lèvres non loin des siennes et continua à lui sourire tout en l’écoutant.

Elle était heureuse de ne pas l’avoir brusqué et surtout de savoir que lui aussi éprouvait quelque chose pour elle. Son sentiment n’était pas à sens unique mais réciproque et cela réchauffait le cœur d’Ayubi. Elle avait peur elle aussi qu’il ne soit qu’un rêve, un de ses rêves merveilleux qui la parcourait rarement et qu’elle faisait tellement peu de fois. Avant qu’il ne descende l’escalier, Ayubi le tira lentement vers elle et l’embrassa à nouveau. Cela lui avait parût une éternité qu’elle ne les avait pas goûtées. Le délice de ce contacte était une pure merveille dont elle ne pouvait se passer, et cette sensation qui la parcourait était tellement intense. Les mains d’Ayubi avaient tendance à parcourir le torse de Xeno mais ne voulant pas l’effrayer, elle se contenait en laissant sa main posée, tout simplement. Elle voulait ne jamais quitter ses bras si doux et sécurisant. Son odeur l’envoûtait et sa chaleur l’envahissait. La présence marquée par Xeno était puissante et tellement attirante. Si elle se laissait aller à ses envies, qui sait de quoi elle serait capable. Elle l’aurait certainement déjà plaqué contre les tuiles et mise à califourchon sur lui, tout en l’embrassant et laissant ses mains le parcourir mais elle ne pouvait pas se le permettre. Déjà pour lui car elle savait qu’il n’était pas totalement remit de son passé, mais aussi pour elle.

Le laissant descendre petit à petit l’échelle, Ayubi s’amusa à le regarder avec un grand sourire et son regard posé sur le sien. Elle voulait attendre de voir s’il arriverait en-bas car il semblait déboussolé par ce qui venait de se passer et de ce fait, Ayubi aussi. Mais c’est tranquillement qu’elle descendit l’échelle et qu’elle se laissa aider par Xeno à la fin. Qui refuserait de se retrouver à nouveau dans les bras de ce beau jeune homme, qui puis est, tellement attirant et musclé. Elle se glissa à nouveau dans ses bras, le laissant poser sa main sur son épaule pour lui tenir chaud tendit qu’elle passa sa main dans son dos pour la poser de l’autre côté. Elle posa sa tête légèrement sur son torse et de sa main libre, elle passa ses doigts entre ceux de Xeno sur son épaule. Elle se sentait en sécurité et tellement bien dans ses bras. C’était impressionnant le sentiment qui la parcourait lorsqu’elle se trouvait à ses coter. C’était tellement agréable comme sensation et elle te prenait le cœur pour parcourir tout ton corps. Une sensation ou une émotion capable de la dérouter à tel point qu’elle se croirait dans un rêve dont elle ne voulait jamais se réveiller. Pour elle, un pareil jeune homme était impossible à rencontrer. Il lui procurait tellement de sentiment, tellement d’émotion qui la submergeait. C’était tellement intense.


- C’est ici que se trouve ma chambre… Je pense que mon colocataire doit dormir où alors, il est parti faire sa tourner du soir… qui sait…

Se fut arrivé à coter de la porte du dortoir d’Ayubi qu’elle se laissa aller contre le mur tout en l’entraînant avec elle, pour l’embrasser tout simplement. Elle se sentait tellement bien et une chaleur intense la parcourait en sentant son corps contre le sien. Ses mains partirent à la rencontre de celles de Xeno pour les faire passer sur son corps mais en les posant sur ses hanches, ses mains parcoururent son dos pour qu’il reste contre elle et l’une d’elle passa derrière sa nuque pour intensifier le baiser. C’était délicatement que sa langue passa ses lèvres pour connaître le goût de celle de Xeno. Elle y allait tranquillement pour savoir s’il se sentait prêt ou non à continuer, mais ce fut elle qui s’arrêta en sentant son portable vibrer. Elle prit tout son temps pour stopper ce baiser, avec la plus grande douceur qu’il lui était possible de donner. Et c’est avec déception qu’elle dut décrocher.

- Allô maman… qu’est-ce que tu veux ? Tu ne crois pas en avoir déjà assez fait comme cela ?… Il faut que tu comprennes que plus jamais je ne serais ta fille et qu’en à toi, tu n’es plus ma mère… Je m’en tape royalement que tu es trouvée un riche millionnaire, tu m’as laissé tombé quand je t’ai tout raconté sur ton enfoiré de frère et tu m’as jeté à la rue ! … Je m’en fiche complètement de tes excuses, je ne les accepterais jamais alors laisse-moi tranquille…

C’est alors qu’un blanc énorme et une terreur intense s’afficha dans les yeux d’Ayubi. Elle commençait à trembler de frayeur, les yeux plongés dans le vide sans aucun signe de vie. Ses yeux se remplirent d’eau à une vitesse folle avant que les premières larmes ne perlent sur son visage si heureux juste avant cet appel. C’est en laissant glisser son portable le long de son visage pour finir par l’éteindre qu’elle regarda Xeno complètement terrifié en lui disant d’une voix tremblante et apeurée :

- Mon oncle se trouve ici…

Sa mère venait de lui annoncer que son oncle avait déménagé pour s’installer dans une villa non loin de son lycée et qu’il la cherchait encore. Il avait fait une fixation sur Ayubi, pour lui, si elle n’était pas à ses coter, il ne pouvait pas vivre. Cette frêle beauté était sa fontaine de jouvence, il aimait tellement entendre ses cris et de savoir qu’elle ne pouvait rien contre lui. C’était le pire monstre de tous les temps, le monstre le plus atroce qui puisse exister pour Ayubi. Il savait qu’Ayubi était une pure beauté de la nature et pour cela, il voulait la retrouver et l’avoir avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ayubi.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Sam 15 Mar - 14:37

Xeno réussit tout de même à descendre l'escalier, toujours en serrant Ayubi contre lui, sa main glissée sur sa hanche. Il se trouvait tellement fatigué que sa vue se brouillait petit à petit. Les lieux autour de lui semblaient disparaître, mais la seule présence qu'il pouvait sentir était, bien-sûr, celle de la belle Ayubi. Celle-ci n'en finissait plus d'embrasser le jeune garçon, au plus grand bonheur de celui-ci. C'est toujours avec autant de passion qu'il repondait à ses ardeurs, à l'etreindre de plus en plus pressement, à lui redonner ses baisers dont la passion semblait croissante ... Xeno ne savait même plus où ses pas l'avaient guidés. Il faisait confiance à la jeune fille. Et il sut qu'il avait raison: La porte de la cage d'escalier se referma dans son dos tandis qu'ils s'avancaient tout deux dans un couloir baigné dans l'obscurité. Un couloir chaleureux, dans lequel Xeno et Ayubi avancaient un peu à l'aveuglette. Xeno sentit la jeune fille stopper ses pas. Une fois de plus elle l'etreignit, en pressant ses lèvres toutes douces contre les siennes. Mais elle interrompit son baiser dans un sourire pour lui dire que sa chambre se trouvait là. Xeno esquissa lui même un sourire, avant de se pencher et de fondre ses lèvres avec les siennes. Le plus puissant des contacts qu'ils avaient eus jusque là. Xeno sentit Ayubi lui prendre les mains et les poser sur son corps. Auparavant, le jeune garçon aurait pu s'en sentir terriblement géné. Mais la gène, la timidité, semblaient être deux choses qu'ils n'avaient jamais connu. Ses joues rougirent un peu, il est vrai. Mais ce n'était nullement dû à sa maladresse naturelle. Seulement, au contact du corps harmonieux de Ayubi sous ses doigts, une vague d'une intense puissance était remontée de son ventre jusqu'au bout de ses mains, et le fit trembler un instant sous les etreintes passionnelles de la jeune fille. Xeno ne comprit plus rien, ne vit plus rien. Pour intensifier ses gestes, ses caresses, il ferma les yeux et glissa ses baiser dans le cou de la jeune fille. Il desirait plonger dans ses longs cheveux soyeux, la devorer, la recouvrir de caresses et l'etreignir si fortement qu'elle en oublierait tous ses problèmes. Ses baisers etaient innondés d'un désir qui montait, montait, inlassablement. Ils étaient baignés d'une chaleur que tout le corps de Xeno semblait à présent degager. Plus aucune question ne venait perturber son esprit. Tout en lui paraissait naturel, logique et parfaitement normal. Mais surtout, extremement agreable. Le coeur du jeune garçon s'emballa. Doucement il souffla dans le cou de Ayubi, et vint retrouver ses lèvres en la pressant contre le mur du couloir. La jeune fille passa sa main dans sa nuque et ecarta doucement les lèvres de Xeno pour y glisser un bout de langue qui surpris Xeno mais qui lui fit dedoubler son désir.

S'il se sentait près ? Le jeune garçon n'aurait sû que répondre. Mais à en croire la chaleur et l'intense désir qui à présent envahissait tout son corps et embuait son esprit, alors oui, il était près. Ce soir, enlacé dans les bras d'Ayubi, plus rien ne pouvait plus l'arrêter, plus rien ne lui faisait peur. Si ce n'était la sonnerie d'un portable ... En effet, alors que Xeno se sentait empris du languoureux baiser de la jeune fille, celle-ci dû tout stopper à regret. Elle prit son temps avant de repondre, mais le jeune garçon, comprehensif, relacha un peu son etreinte et recula d'un pas, en la regardant d'un air petillant. Un appel à cette heure ne devait certainement pas être anodin. Xeno, au plus profond de lui-même, sentait quelque chose survenir. Quelque chose de grave. Ayubi porta le portable à son oreille. Le jeune garçon ne voulait pas la lacher. Il lui tint la main, et passa l'autre sur son visage, du bout des doigts. Quand il entendit Ayubi parler à sa mère, avec une voix qui se voulut plutôt violente et ferme, alors Xeno serra fort la main libre de la jeune fille dans la sienne, et baissa un peu la tête. Cela ne le regardait pas. Mais au moins, Ayubi et sa mère allaient mettre les choses au clair. Le jeune garçon ne se sentit plus tout à fait à sa place, durant l'espace d'un court instant. Bien-sûr qu'il pouvait aider Ayubi, bien-sûr qu'il ferait tout pour lui faire recouvrir des sensations plus agreables, des instants plus doux que ceux qu'elle avait connu. Seulement voila, il ne devait pas tout mélanger: les histoires d'elle avec sa mère ne le regardaient pas. Et Xeno ne s'en melerait jamais. Il releva legerement la tête, et regarda Ayubi en souriant d'un air encourageant. Mais soudain, le regard de la jeune fille sembla changer completement ... La panique devint tellement palpable dans l'air que Xeno avait presque l'impression qu'elle se determinait par un froid glacial qui venait soudain d'envahir la jeune fille. Le jeune garçon ne sourit plus, entendit le bruit du portable tomber sur le sol. La main d'Ayubi se mit à trembler violemment. Son oncle était ici ... Il la cherchait. Le sang de Xeno ne fit qu'un tour. Ayubi se trouvait alors dans un état semi-nauséeux, prête à mourrir de peur face à celui qui lui avait volé son enfance. Xeno fit un pas en avant et enserra très fort la jeune fille dans ses bras en la bercant tendrement et calmement. Il caressa son dos, son cou, son visage, et lui murmurra d'un air reconfortant.

" Ne t'inquiete pas Ayubi, ne t'inquiete pas. Je suis là. Rien ne pourra plus t'arriver car je suis avec toi. Il ne te fera plus aucun mal, ni à toi, ni à personne d'autre. Je ne vais pas t'abandonner, tu sais. Fais-moi confiance, crois-moi, il ne trouvera pas ... "

Xeno respirait les cheveux de la jeune fille et n'en finissait plus de la bercer contre lui. Il ne fallait pas qu'elle panique, il ne fallait plus qu'elle tremble. Le jeune garçon voulait lui transmettre toute la chaleur qui brûlait en lui pour l'aider à passer le stade de la frayeur, à lui faire retrouver des esprits plus heureux. Pourtant, le jeune garçon, tout en murmurrant ces paroles, se demanda ce qui allait se passer à partir de là. Certes, il se sentait près à tout pour Ayubi. Il allait la defendre, si un jour il le fallait vraiment. Mais cmment son oncle l'avait-elle retrouvée ? Cela restait un mystère pour Xeno. Il avait encore tant de choses à apprendre de la jeune fille. Mais il se montrerai patient, doux et tendre avec elle. Le jeune garçon esperait que la jeune fille se sente un peu mieux après ce long moment de calins et de reconfort. Il se recula, regarda tout autour de lui. Les lieux étaient noirs et épais. Un silence de mort se trouvait là, seulement brisé par la respiration saccadée d'Ayubi tant la peur la faisait trembler. Xeno posa sa main sur la poignée de la porte en prenant Ayubi par l'autre. Il l'entraina doucement dans la chambre, en fermant bien derrière lui la serrure de la porte. Peut-être que dans un espace clos, confiné, Ayubi se sentirait mieux. A peine la porte refermée que le jeune garçon se retourna vers Ayubi. Il lui prit doucement les main, mais ne la serra pas contre lui. Si elle desirait vraiment aller juqu'au bout, c'était à présent à elle de le lui faire comprendre. En effet, ces evenements lui avait peut-être brisé son désir, sa chaleur intense et son envie de Xeno. Il comprendrait très bien. Ne voulant pas la forcer à quoi que ce soit, Xeno la regarda dans les yeux, et lui caressa les cheveux.

" Ici tu ne dois rien craindre. Regarde autour de toi, comment pourrait-il te retrouver ? Tu n'as rien fais de mal, tu n'as pas à culpabiliser. Le seul mal c'est lui, c'est ton oncle. Dis-toi que près de moi tu ne crains rien. Si cette ordure revient te toucher, je saurais lui faire comprendre tout ce qu'il doit comprendre. Jamais plus il ne posera la main sur toi. D'accord ? "

Xeno sourit d'un air encourageant, esperant trouver les bons mots à travers la panique soudaine de la jeune fille. Comme pour confirmer ses paroles, il etreignit doucement la jeune fille contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Ayubi Maaka
° Classe 3 °
° Classe 3 °
avatar

Féminin
Nombre de messages : 111
Age : 27
Classe : ... 3... comme le nombre de fois ou tu perdras...
Orientation sexuelle : bi à dominance hétéro
Petit(e) ami(e) au SHIT : C'est à lui de voir...
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Sam 15 Mar - 15:34

Juste avant cet appel malfaisant, Xeno et Ayubi étaient tranquillement entrain de s’embrasser plus passionnément de seconde en seconde. Un désir les envahissait de plus en plus, les portant petit à petit vers la chambre d’Ayubi. Mais ce fut dans ce bruit, prévenant d’une mauvaise nouvelle qu’Ayubi dut répondre à cet appel. Elle n’avait pas parlé à sa mère depuis qu’elle l’avait viré de chez eux et qu’Ayubi avait été embarqué chez son oncle de force. Elle sentit la douce main qui enlaçait la sienne et voyait le doux sourire encourageant de Xeno mais à l’entente de cette nouvelle, un vent glacial souleva l’atmosphère paisible qui régnait avant cet appel. Elle venait de l’annoncer à Xeno… son oncle était ici et il allait tous faire pour la retrouver. La peur la plus terrible, cette peur qui montre l’horreur et le désespoir dans le cœur d’Ayubi l’envahissait de plus en plus. La mort serait sa seule porte de sorti, son seul échappatoire contre cet homme qui ne la lâcherait jamais. Mais ces pensées furent effacées à l’étreinte chaleureuse de Xeno. Le seul endroit où elle se sentait en sécurité se trouvait dans ses bras, contre le corps rassurant du jeune homme. Il la berçait lentement et tranquillement, sans la brusquer ou lui faire peur. Une tendresse folle passait dans chacun de ses gestes qui parcouraient son corps, venant sur son visage meurtri.

Les paroles de Xeno se voulaient rassurante et cela fonctionnait pour Ayubi. Il ne cessait de lui répéter qu’il était là et que rien ne lui arriverait avec lui car il ne l’abandonnerait pas. Il lui demandait qu’elle est confiance en lui mais s’il y avait une personne en qui elle avait confiance, c’était bien en lui et un autre uniquement. Elle ne savait pas pourquoi mais il réussissait à la réconforter avec de simple geste, sans même la faire craquer. Elle sentait ses bercements et le souffle de Xeno dans sa chevelure. De plus, il voulait lui donner cette chaleur qui les envahissait afin de retrouver son sourire et sa joie d’avant. Mais la seule idée que son oncle se trouve là, ou qu’il puisse la récupérer, donnait des envies de vomir à Ayubi. Les choses qu’il lui faisait étaient plus atroces les unes que les autres. Les choses les plus atroces qu’on puisse imaginer dans l’ordre de la sexualité. Elle était terrifiée et complètement désemparée face à cette nouvelle. Sa mère qui l’avait expulsé venait d’être le messager d’une telle horreur. A cet instant, elle détestait sa mère encore plus que jamais. Elle voulait la mettre en garde pour les autres mais la véritable raison de son appel était de faire paniquer Ayubi au plus haut point. Ayubi le savait mais malheureusement lorsque sa mère faisait cela, c’est que la nouvelle était réelle.

Le corps de Xeno commença à s’écarter d’elle mais sa main restait en contacte avec son corps. Elle le laissa l’entraîner dans sa chambre sans rien faire, restant pensive à cette nouvelle. La porte venait de se fermer derrière eux et les mains de Xeno restèrent dans les siennes. C’était son regard mauve et ce visage qui se voulait rassurant qui réchauffa le cœur d’Ayubi. Elle sentit la main de Xeno lui caresser délicatement les cheveux avant qu’il ne recommence à la rassurer. Elle le regarda droit dans les yeux et se blottissant contre lui, elle laissa ses lèvres se coller contre les siennes pour l’embrasser comme au début, sans volonté d’intensifier le baiser. Elle le recula lentement d’elle et d’un petit sourire, elle ouvrit son armoire et en sortit une petite nuisette noire. Elle le regarda et lui dit :


- Si tu n’es pas contre, j’aimerais que tu reste avec moi pour cette nuit… Je vais me préparer et si tu le désir, tu peux aller chercher quelque chose dans ta chambre ou te préparer maintenant… Tout dépend comment tu dors… Cela ne te dérange pas ? Je me sentirais plus rassuré si tu restais…

Elle avait peur mais c’est en ce cachant derrière la porte de son armoire qu’elle se dévoila à lui dans une nuisette des plus magnifique et qui rendait Ayubi encore plus désirable. Elle s’approcha de lui et l’embrassa à nouveau en déposant ses mains sur ses hanches. Elle lui fit un doux sourire avant de rester simplement blotti dans ses bras sans penser à quoi que se soit d’autre qu’à lui. Elle aimait être avec lui et sentir sa présence à ses cotés, c’était certainement pour cela qu’elle l’appréciant autant. Elle se sentait bien avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ayubi.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Dim 16 Mar - 20:56

En l'entraînant dans sa chambre, Xeno se demanda alors ce qui allait ce passer à partir de cet instant. Ayubi allait-elle oublier tous ses soucis ? Avait-elle des raisons de s'inquieter ? Est-ce que son oncle se trouvait si près d'elle ? Risquait-elle un grave danger ? A cette pensée, le jeune garçon trembla de la tête aux pieds. Bien-sûr que non. Cette ordure n'allait plus la toucher, durant tout le temps qu'il sera près d'elle. Xeno se le jura au fond de lui-même. Cela lui fit bizzard d'ailleurs, car jamais Xeno n'avait accordé sa confiance à personne, ni l'assurance de proteger quelqu'un un jour. Surtout pas une jeune fille aussi belle qu'Ayubi. Il était en train de changer, il était en train e mûrir. Ses visions des choses s'effacaient au contact de la jeune fille. Dès lors qu'il caressait son corps du bout des doigts ou lorsque ses lèvres se fondaient avec les siennes, Xeno oubliait chaque parcelle de ses malheurs, ses apprehensions les plus terribles. Aussi ne voulait-il plus lacher Ayubi d'une semelle ! Il la desirait. Il le savait bien maintenant. Il avait envie de l'avoir tout contre lui, il voulait la couvrir de baisers, de caresses, l'envelopper tout entière dans une dimension où les problèmes se trouvaient très loin, presque inexistants. Xeno avait envie d'Ayubi. Son regard changea pratiquement de couleur. Une lueur brilla dans ses yeux tendit que ses mains se mirent à trembler de désir. Un désir redoublé par la proposition d'Ayubi à rester près de lui. Xeno, un peu troublé par cette vague qui montait en lui, par ces pulsions qu'il ressentait au toucher de la jeune fille, se detourna d'elle et vint se placer devant la fenêtre. Ayubi alla vers la lourde armoire qui recouvrait tout le mur de la chambre, et disparue dans la penderie. La nuit était epaisse, vide. Les étoiles ne brillaient plus et le vent continuait à siffler dans le silence impenetrable qui hantait la chambre. Une douce chaleur s'était élevée dans la pièce, l'obscurité était presque totale. Le jeune garçon colla son front contre le verre glacé, et souffla par le nez. Un cercle de buée se dessina sur le fenêtre et brouilla la vue du jeune garçon. Quand Xeno sentit le corps d'Ayubi contre son dos, il sut de suite que quelque chose avait changé chez elle. La jeune fille passa ses bras autour de lui, dans l'envie de l'enlacer tendrement. Xeno serra les machoires, et posa sa main contre la vitre, sur le cercle de buée qui à présent, portait l'empreinte de sa paume. Lorsqu'il se retourna lentement, le jeune garçon vit que sa tenue avait changée ... Ayubi se trouvait à présent vêtue d'une courte nuisette de dentelle noire qui flottait au dessus de ses longues cuisses et recouvrait une courte partie de sa poitrine. Xeno sentit un frisson lui parcourir l'echine de haut en bas. Il n'osa plus toucher la jeune fille, trop intimidé par cette neauté qui s'était soudain mise pratiquement à nue devant lui.

C'est Ayubi qui posa ses mains sur lui. Ou plutôt, elle glissa ses mains sur ses hanches en soufflant chaudement sur ses lèvres. Elle plongea son regard dans le sien avant de se blottir contre lui. Xeno, les mains donc posées sur les fines hanches de la jeune fille, sentit ses joues s'embraser, ses pulsions s'envoler dans le néan, et glissa ses lèvres dans son cou pour lui murmurrer de tendres paroles à l'oreille, ne cessant plus de la rassurer, debordant d'une tendresse qu'il esperait reciproque. Le désir ne s'arretait plus. Il allait même croissant, et brûlait chaque parcelle de sa peau. Ses mains, encore tremblantes et bouillonantes glissèrent sur le ventre plat de la jeune fille. Xeno vint doucement caresser le haut de la cuisse recouvert par la nuisette d'Ayubi, timidement, très lentement, avant de doucement se glisser dessous. La peau de la jeune fille sous ses doigts provoqua des etincelles dans la tête de Xeno. Il savait qu'à présent plus rien ni personne ne pourrait l'arrêter. Il s'assura du confort de la jeune fille en plongeant son regard dans le sien. D'un geste furtif, il tira son tee-shirt par dessus sa tête, se retrouvant collé torse nu contre Ayubi. Ses deux mains se glissèrent sous sa nuisette et passèrent dans son dos avec appettit, recouvrant la jeune fille de caresses qui se voulaient plus profondes, plus insistantes. Xeno pencha legerement la jeune fille en arrière, appuyant ses lèvres contre les siennes et les mordillant comme un vampire. Il glissa sa langue au travers de sa bouche, venant gouter la sienne avec delice. Jouant avec cette langue qui se voulait toute douce, le baiser ne pouvait plus s'interrompre à présent. Xeno entraîna la jeune fille vers le lit le plus proche, sentant son coeur s'emballer et son désir s'accroître de seconde en seconde. Ses longues mains remontèrent langoureusement sur le ventre d'Ayubi et passèrent doucement sur sa poitrine, l'enveloppant avec une chaleur brûlante. Xeno ferma les yeux, caressant doucement la jeune fille avec le plus de douceur possible. Après avoir gouté sa langue, il glissa ses lèvres dans son cou, et allongea la jeune fille sur le matelat, en l'entraînant doucement avec lui. Ses gestes se voulaient doux et tendres, quoique de plus en plus insistants. Xeno avait l'impression qu'un four avait remplacé son coeur et que ses gestes n'étaient plus rythmés que par son désir et non par son cerveau ...
Revenir en haut Aller en bas
Ayubi Maaka
° Classe 3 °
° Classe 3 °
avatar

Féminin
Nombre de messages : 111
Age : 27
Classe : ... 3... comme le nombre de fois ou tu perdras...
Orientation sexuelle : bi à dominance hétéro
Petit(e) ami(e) au SHIT : C'est à lui de voir...
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Lun 17 Mar - 20:44

Ayubi venait de finir de se préparer pour aller dormir car la journée avait été éprouvante pour elle, tout comme la nuit dernière. C’était un peu trop pour elle mais voyant le regard perdu de Xeno qui admirait la nuite par cette fenêtre glaciale, elle le désirait à nouveau. Sans savoir pourquoi, ce jeune homme activait en elle un sentiment incroyablement fort et ravageur, brûlant le cœur de la demoiselle. D’une simple envie, d’un geste, elle fit glisser ses bras autour de Xeno, posant sa tête sur le dos de ce dernier. Elle avait peur qu’il ne s’échappe par la fenêtre, même si cela était impossible, mais elle avait peur qu’il n’existe pas et qu’en réalité, ce n’était qu’un rêve. Un doux rêve qui la berçait tranquillement avant qu’elle ne se réveille à nouveau seul dans ce lit immense pour elle. Cette crainte perdurait lorsque Xeno posa sa main contre la vitre comme s’il résistait à une envie puissante, mais le voyant se retourner et poser ses yeux sur sa tenue, un frisson parcouru le corps d’Ayubi mais elle prit les mains de Xeno pour les déposer sur son corps qu’elle lui offrait.

Elle venait de se blottir tout contre lui pour ressentir cette chaleur qu’il dégageait. Les lèvres de Xeno vinrent se faufiler dans le cou d’Ayubi qui lui offrit sans rien dire. Elle lui appartenait pour cette nuit, avant que le terrible malheur n’arrive inévitablement. Ayubi savait que si son oncle se trouvait là, c’est que bientôt, il allait mettre la main sur elle. Bientôt elle ne pourrait plus goûter à cette chaire qui se trouvait face à elle, à ce jeune homme qu’elle désirait plus que tout et qui lui provoquait des pulsions et un sentiment inconnu encore. Les douces paroles rassurantes, les tendres caressent et cette chaleur ardente qui émanait de Xeno était insoutenable et provoquait chez Ayubi une envie de plus dévorante. Les mains de Xeno commencèrent à prendre de l’assurance et à parcourir son corps encore si fragile. Passant sur son ventre, Ayubi regarda Xeno droit dans les yeux, lui faisant comprendre qu’il pouvait continuer, que cela ne la dérangeait pas. Elle n’osait pas l’embrasser, ni même le toucher, elle le laissait faire tranquillement alors que généralement, c’était Ayubi qui était entreprenante.

Continuant sa route, la main du jeune homme vint lentement caresser la cuisse d’Ayubi, touchant le tissu qui le séparait de sa peau. Mais ce fut timidement et comme attendant la réaction d’Ayubi qu’il fit glisser sa main sous sa nuisette, frôlant ainsi son shorti qu’elle portait. Un frémissement parcouru Ayubi face à ce contacte excitant et tellement tendre. Il fallait y aller en douceur avec elle et Xeno était le mieux placé pour le savoir. Il lança tout de même un regard à Ayubi pour savoir si tout allait bien. D’un petit sourire, elle laissa ses mains câliner lentement les épaules de Xeno avant de les descendre et de l’aider à enlever son tee-shirt, faisant glisser ses doigts sur son torse. Elle se colla bien plus à lui, sentant son corps contre le sien et même l’excitation de Xeno face à elle. Les mains passèrent sous la nuisette d’Ayubi, passant même dans son dos avec envie, la couvrant de chaleur.

Sentant son corps être basculé, Ayubi eut un sursaut, se collant bien plus à Xeno avant de sentir ses lèvres contre les siennes qui vinrent la rassurer. Elle passa lentement et sensuellement sa langue sur les lèvres du jeune homme avant qu’il ne la mordille, excitant d’avantage Ayubi. C’est alors qu’elle laissa la langue de son partenaire passer ses barrières pour enfin pouvoir goûter à la sienne. Resserrant l’étreinte entre eux, le baiser chauffait de plus en plus la pièce au fur et à mesure que leurs langues s’enlacèrent avec envie et passion. Un pied après l’autre, Ayubi reculait vers son lit avec lenteur et rapidité, faisant battre le cœur d’Ayubi et faisant sentir celui de Xeno contre sa poitrine. Elle avait de plus en plus peur mais une peur calme et plutôt face à cette inconnue, non une peur qui paralyse. Les mains montèrent d’un cran, passant de son ventre à sa poitrine. Il n’avait plus peur, seul le désir contrôlait ce jeune homme et ce n’était pas contre son envie. C’est en interrompant ce baiser si intense qu’elle sentit son corps être allongé contre le matelas et les lèvres de Xeno continuer dans son cou, accompagné de son corps qui se collait de plus en plus à celui d’Ayubi.

L’entraînant avec elle, la nuisette d’Ayubi se trouvait à moitié enlevée alors d’un simple geste, elle se retrouva avec son simple shorti sur elle, dévoilant un corps des plus magnifique, comme sculpté par les anges, aux yeux de Xeno. Il pouvait admirer le désir de son oncle, la chose qui faisait qu’il la désirait autant. Mais elle ne s’arrête pas là, elle laissa ses mains longer le torse de Xeno pour pouvoir commencer à détacher le bas qui la dérangeait face à son désir. Elle n’eut pas besoin de beaucoup de temps pour l’enlever, elle savait s’y faire et faisant glisser le tissu le long du corps de Xeno, elle en profita pour glisser sa main à la limite de ce qui faisait encore barrière. Son souffle ardant venait glisser le long du corps de Xeno, laissant un froid qui le faisait se coller à elle. Plus il était serrer contre son corps, plus Ayubi le désirait. Ses mains parcouraient la nuque et le dos de Xeno, l’embrassant à nouveau avec passion et excitation. Sa poitrine touchant son torse et leurs sexes se touchant à travers ses vêtements embarrassant, la chaleur qu’ils dégageaient était entrain de parfumer la vitre d’une épaisse buée ardente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ayubi.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Dim 23 Mar - 22:35

Xeno se laissait faire avec la plus delicieuse des manières. Ayubi le guidait, lui montrait ce qu'elle désirait, et lui, s'executait avec une tendresse infinie, etouffant sous ce désir qui prenait possession de lui et rythmait chacun de ses souffles. Ceux-ci devinrent brûlants dans le cou de la jeune fille. Elle fondit ses lèvres avec les siennes dans un baiser des plus languoureux qui porta Xeno loin, très loin dans le rêve et l'abandon total. Il n'y avaient plus qu'eux deux, noyés dans la chaleur la plus torride. Eux deux, allongés sur le lit deja froissé. Xeno arrondit son dos et permit à Ayubi de retirer son tee-shirt quand bien même il lui enleva sa nuisette et la decouvrit presque totalement nue. Encore une fois, Xeno fut emu devant la beauté pure de la jeune fille. Il fut intimidé un instant, se demandant s'il méritait vraiment ce corps, cette affection delicieuce qu'Ayubi lui portait et lui offrait. Après tout, il n'était qu'un inconnu pour elle. Une âme en peine, marchant en funambule au bord d'un toit banal. Que pouvait-il lui apporter de plus si ce n'est qu'un peu d'amour passioné, l'assurance d'une protection qui se voulait sincère ? Xeno ne voyait pas. De toute manière, il n'avait plus envie de rien voir autre qu'Ayubi en cet instant où la chaleur se voulait intense. Le jeune garçon était frustré ne pas sentir completement Ayubi contre lui. Aussi glissa t'il ses doigts entre la peau douce de la jeune fille et le bout de tissu qui faisait encore rempart entre lui et elle. Il fit glisser son boxer jusqu'à ses chevilles. Et decouvrit la feminité d'Ayubi du bout des doigts, comme un bijou reservé rien que pour lui en cette nuit sans Lune. Puis il retira egalement ses derniers vêtements. Son regard croisa celui d'Ayubi. Il esperait y lire un nouveau signal. Mais la jeune fille avait fermé les yeux et cherchait encore ses lèvres avec appettit. Aussi Xeno fut pris d'un élan passionnel qui le força à arrondir le dos et à hesiter une dernière fois. Ce soir était un soir important, il le savait. La marque brûlante d'une vie nouvelle et d'une passion qui s'ouvrait devant lui. Xeno pensait à cela. Au travers ce contact avec la jeune fille, il savait pertinement que les choses n'allaient plus être les mêmes. Il lui semblait guouter à quelque chose de rare et d'exceptionnel que seul le plus rude des hommes pouvait refuser. Et encore. Xeno, qui était pourtant retord vis à vis des règles, semblaient ce soir s'abandonner à un bonheur qui était le sien et celui de personne d'autre. Le jeune garçon serra Ayubi contre lui, et decida de ne plus attendre.

D'un coup de reins doux et ferme à la fois, il penetra yubi, et put alors decouvrir à quel point l'amour était pur entre eux deux, car un veritable raz-de-marais venait à l'instant d'envahir tout son corps. Xeno fut transporté. Il fut pris d'une nouvelle pulsion, et se mit à continuer ses vas et viens avec plus d'intensité, mais toujours autant de tendresse. Ses mains, qui avaient céssées de caresser Ayubi, s'accrochèrent de part et d'autre de son visage, aux draps du lit. Legerement haletant, il glissa ses lèvres dans le cou de la jeune fille, et rythmait ses mouvements pulpeux avec un désir qu'il pouvait toucher, tellement celui-ci était immense. Bien que Xeno ne desirait faire aucun mal à la jeune fille, il ne put s'empecher d'aller plus vite et plus fort, de manière plus profonde, tout en se mordant la lèvre inferieure tant le plaisir montait en lui de manière croissante et inlassable. Le jeune garçon sentit une goutte de sueur perler sur sa tempe. Il savait que le désir devait être conservé le plus longtemps possible. Pourtant, il se demanda un instant si la force n'allait pas lui manquer. Pourtant non, il se concentra, haletant et gemissant d'une faim nouvelle qui lui faisait battre le coeur avec puissance. Les draps du lit s'enroulèrent autour des deux jeunes gens, tant Xeno amplifiait ses mouvements du bassin. Il dut à présent s'accrocher aux barreaux du lit. Lui-même enroula ses longues jambes avec celles de la jeune fille, et se colla à elle pour ne plus former qu'une seule masse de plaisir et de désir partagé. Le jeune garçon ferma les yeux en gemissant de plus en plus fort. Il esperait se montrer comme il fallait avec Ayubi. Il pouvait la sentir se crisper, n'être plus qu'une crampe sous l'effet du plaisir. Mais avec elle, il ne desirait pas avoir ne serait-ce qu'un seul mauvais point. Il desirait l'entendre gemir, crier, hurler même de plaisir. Il la desirait plus que tout, il ne voulait pas quelle le fasse pour lui faire plaisir. Xeno ne desirait que son bonheur. Le sien était completement, et son désir debordait même dans tout son corps. A présent, sa peau toute entiere se voulait emprunte d'une buée de sueur corporelle, terriblement sensuelle, qui aidait Xeno à mieux gérer ses mouvements, et ainsi rendre ses penetrations plus glissants et donc plus agréables encore, ci c'était possible. A bout de souffle, Xeno croisa le regard de Ayubi. Il voulait garder le plaisir au maximum. Ausi lui fit-il comprendre qu'elle pouvait changer de position si elle desirait accroître encore plus le désir qui montait en elle et qui l'emplifiait, lui. Il n'avait jamais essayé. Mais les decouvertes se voulaient intenses ce soir. Pour le plus grand bonheur de Xeno.
Revenir en haut Aller en bas
Ayubi Maaka
° Classe 3 °
° Classe 3 °
avatar

Féminin
Nombre de messages : 111
Age : 27
Classe : ... 3... comme le nombre de fois ou tu perdras...
Orientation sexuelle : bi à dominance hétéro
Petit(e) ami(e) au SHIT : C'est à lui de voir...
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Lun 24 Mar - 2:36

Le cœur d’Ayubi ne cessait de battre aussi rapidement que jamais. Elle n’en pouvait plus, son désir était tel que son envi la contrôlait totalement. Elle ne pouvait pas faire autrement pour être délivrer de cette chaleur incroyable qui émanait des deux corps enflammés. C’était tellement intense entre eux, une telle infinité venait de se créée et ni l’un ni l’autre pouvaient se contrôler. Elle ne voulait pas laisser Xeno loin d’elle, elle le voulait contre elle, sentir qu’il était bien là, que ce moment n’était pas un rêve. Elle voulait être sur de ne pas rêver et qu’il existait réellement. Elle voulait être persuadée que ce bonheur était réel, qu’elle n’allait pas se réveiller et se rendre compte que ce n’était que son imagination. Pour elle, un tel sentiment ne pouvait exister, un lien aussi fort qui les unissaient ne pouvait s’offrir à elle. Xeno était tellement incroyable avec elle qu’elle s’en demandait si c’était possible une chose pareille.

C’est alors que sentant leurs corps le plus proche possible, les doigts de Xeno pénétra dans son shorti pour le retirer et ainsi laisser le corps d’Ayubi complètement nu. Son cœur venait d’arrêter de battre pendant une seconde, face à la peur qu’elle venait d’éprouver. Elle ne savait pas pourquoi mais pendant cette seconde, elle venait de se rappeler de ce moment avec son meilleur ami. Elle se sentait aussi bien qu’avec lui et éprouvait ce même désir qu’elle avait pour lui. Il avait prit une place tellement importante dans son cœur qu’elle ne savait pas possible de la remplir à nouveau. Son meilleur ami était celui qui avait réussit à lui prouvé que tous les hommes n’étaient pas des salopard et surtout, le premier qui avait couché avec elle après son histoire avec son oncle. Mais cette sensation était amplifiée avec Xeno. Le sentiment qu’elle avait pour lui était plus intense que celui qu’elle éprouvait pour son meilleur ami.

Sortant de cette seconde éprouvante, elle admira alors le corps de Xeno qui se trouvait sur elle et sans le dernier vêtement qu’il portait. Elle le voyait hésiter et comprenait parfaitement son geste car c’était logique. Il n’avait certainement jamais couché avec une autre personne après ce qu’il avait vécu et comme pour elle, cela allait mettre du temps à partir. Elle se demandait s’il allait le faire ou non car maintenant, elle était totalement à sa merci et s’offrait volontairement à lui. Ayubi lui appartenait pour cette nuit si magique et vu le sentiment qui la prenait, pour beaucoup d’autre nuit aussi. C’est alors qu’elle sentit le corps de Xeno se serrer contre le sien et venir l’enlacer avant de la pénétrer doucement mais fermement. Un souffle ardent s’échappa des lèvres d’Ayubi pour venir glisser le long du corps de Xeno. Un léger bruit venait d’accompagner cette puissante envie tendis que les mains d’Ayubi se trouvant sur le dos de Xeno, se resserrèrent de plaisir, laissant ses ongles câliner sa peau.

Les mouvements continuèrent, s’intensifiant de plus en plus mais toujours aussi tendrement, faisant gémir d’un petit bruit la voix d’Ayubi pour exprimer son plaisir. Elle n’avait jamais ressentit un tel plaisir et une telle pulsion la prendre de plein fouet. Les mains de Xeno vinrent attraper le drap de chaque coter d’Ayubi, montrant qu’il avait un plaisir intense avec elle. Ses lèvres glissèrent le long de son cou qu’elle lui laissait envahir tandis que les mouvements continuèrent en elle. Le désir montait de plus en plus, rendant l’atmosphère de la chambre des plus embrasée. Elle sentait ce désir qui s’emparait de Xeno monter et s’amplifier de plus en plus, à tel point qu’elle sentit les mouvements se faire bien plus fortement et plus profondément, faisant gémir Ayubi de plus en plus vite. Ayubi sentait leurs corps s’humidifier face à cette chaleur et ses mains glissèrent sur le corps de Xeno.

Elle entendait les gémissements de son partenaire qui accompagnait les siens et l’excitait d’avantage. Lorsqu’il se mordit la lèvre inférieure, Ayubi avait de plus en plus envi de lui. Elle le désirait de tout son être et pour toujours. Elle ne voulait pas le quitter et encore moins ne plus avoir la chance de partager un tel moment avec lui. Cette chaleur qui les envahissait ce faisait de plus en plus excitante et faisait monter en Ayubi un plaisir des plus inconnu mais tellement agréable. Leurs corps se resserraient, se tenant encore plus chaudement et rendant la pièce encore plus chaude qu’elle était. Elle gémissait de plus en plus fort sous l’effet du plaisir si intense. Elle ne pouvait contrôler ses cris face à lui, face à ce désir qui la submergeait. Les mouvements se faisaient plus glissant et encore plus agréable, à tel point qu’elle ouvrit un moment les yeux pour voir Xeno qui était toujours sur elle. Elle comprit de suite ce qu’il lui disait et surtout ce qu’il désirait. Elle le regarda et d’un petit sourire aux coins des lèvres, elle l’embrassa et le fit tourner avec elle.

Etant maintenant sur lui, elle le regarda de manière à lui faire comprendre qu’elle allait lui donner ce qu’il désirait et l’allongeant pour le moment, elle continua elle-même les vas et vient qui se faisait bien plus profond mais lentement. Son corps se dévoilait sous les yeux de Xeno et posant ses mains sur le bas ventre ce celui-ci. Mais elle ne supportait pas de sentir le corps de Xeno si loin du sien. Lui prenant les mains dans les siennes, elle le tira contre elle et assise sur lui à califourchon, qui se trouvait de même assit, elle l’embrassa avec fureur, laissant sa langue intensifier le plaisir de ce baiser. Les mouvements continuèrent de plus belle et les gémissements d’Ayubi ne se calmèrent pas. Ils étaient simplement étouffé par ce baiser qui augmentait le plaisir entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ayubi.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Mer 26 Mar - 19:00

La chaleur se voulait cuisante. Etait-ce la tempéréture de la chambre ou le corps de Xéno ? Celui-ci n'en savait rien. La seule chose dont il se doutait bien était que le désir avait a voir avec cette chaleur. Il lui semblait que la peau d'Ayubi fondait sous ses doigts, glissait entre eux avec une fluidité delicieuse et infiniement douce. Le jeune garçon se sentait etouffé par une excitation presque trop grande pour lui, et des vagues de pulsions telles qu'ils n'en avait jamais connues. Pas un seul jour dans sa vie ne lui avait montré à quel point un contact pouvait être aussi magique et sincère que celui qu'il vivait avec la jeune fille. C'est bien simple, au simple touché de la jeune fille, des etincelles semblaient exploser dans sa tête avec force et euphorie. Xeno se sentit pris au piède d'un état second, un état de transe pure, qui lui faisait tourner la tête et le forcait à s'appliquer, à faire durer le plaisir qui brûlait en lui, à transformer son corps et celui d'Ayubi en veritable bulle de plaisir. Sa respiration se voulait saccadée, ses gemissements accompagnaient ceux de la jeune fille et se voulaient plus intenses et plus vifs. Xeno, sans vraiment s'en appercevoir, avait accéléré ses vas et viens avec plus de force, sans plus avoir peur de blésser la jeune fille. Celle-ci se cramponnait à lui et l'avait enlacé de ses longues jambes terriblement douces et fremissantes de désir. Elle se mit presque à crier de plaisir, à petits coups qui redoublaient l'excitation de Xéno. Celui-ci avait ce qu'il désirait. Il n'avait plus que l'envie de voir Ayubi crier sous l'effet de ses penetrations profondement tendres. Quand la jeune fille, la bouche entrouverte et les yeux un peu ecarquillés sous l'effet du désir plongea son regard dans le sien, Xeno la regarda avec des étoiles dans les yeux, une lueur futile et vive faisant miroiter la beauté d'Ayubi jusqu'au fond de son esprit. Il graverai cet instant de pur folie dans son coeur, l'expression ivre de bonheur qu'Ayubi possédait à ce moment. Xéno, toujours en ondulant du mieux qu'il le pouvait, et avec tout l'appettit qui brûlait son coeur, sentit Ayubi s'agiter sous son corps. Quelle ne fut pas sa surprise de la voir le retourner doucement et se plaquer sur lui avec désir et entreprenance. Jamais n'avait-il été aussi loin avec une jeune fille.

C'est alors avec un désir neuf et une pointe de curiosité toute chaude qu'il sentit la jeune fille se placer à califourchon sur lui. Se redressant doucement, Xeno la vit poser ses mains sur le bas de son ventre, et onduler doucement de haut en bas, prolongeant les mouvements d'une manière beaucoup plus profonde qui allait bientôt faire craquer Xeno. Celui-ci, soudainement pris d'un élan soudain, et à la vue d'Ayubi qui s'était totalement dévoilée, sentit ses mains se crisper avec forces aux draps du lit. Il les serra très fort à tel point que ses jointures blanchirent, pour s'empecher de laisser son plaisir filer trop vite. Il se mordait toujours la lèvre, et ferma les yeux pour lentement se laisser glisser dans une pente delicieuse qui ne semblait plus finir. Ayubi avait pris les choses en mains, et le désir de Xeno se voulu alors plus brûlant. Ses hanches se creusèrent pour accentuer les mouvements de la jeune fille. La tête de Xeno se tourna doucement sur le côté, ses mains quittèrent les draps pour venir caresser le corps d'Ayubi. La sentir frissoner sous ses doigts, l'effleurer de ses paumes, la serrer très fort contre lui et l'entraîner de bas en haut, la guider pour faire grossir le plaisir semblait soudain tout naturel pour Xeno. Mais une frustration fit qu'Ayubi se ressera soudain contre lui. Toujours à califourchon sur lui, la jeune fille se pressa contre son corps et embrassa languoureusement Xéno. Celui-ci sentait bien que le plaisir venait d'atteindre un sommet qu'il ne pouvait plus maîtriser. Son regard croisa celui d'Ayubi. Il allait bientôt craquer et voulait le lui faire savoir. Son souffle brulant glissa dans le coup de la jeune fille, et Xeno n'en pouvait plus de passer sa langue sur les lèvres douces et parfumées de la jeune fille. Il la lechouilla doucement sur la joue, dans le creux du menton et glissa dans son cou, en la serrant entre ses jambes. Les penetrations se voulaient plus serrées, encore plus intimes et plus profondes encore. Xeno se crispa d'un plaisir soudain, un désir, une excitation qu'il ne pourrait bientôt plus contenir. Sa tête bascula legerement en arrière. Ses mains accrochèrent Ayubi sous une pression etrange, un spasme de bonheur suprème. Xeno fit mine de mordiller Ayubi dans le cou, tel un vampire tenant sa proie. Ses mains crissèrent sur la peau de la jeune fille. Son corps se durcit comme jamais à tel point qu'une petite etincelle de frayeur s'empara de son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Ayubi Maaka
° Classe 3 °
° Classe 3 °
avatar

Féminin
Nombre de messages : 111
Age : 27
Classe : ... 3... comme le nombre de fois ou tu perdras...
Orientation sexuelle : bi à dominance hétéro
Petit(e) ami(e) au SHIT : C'est à lui de voir...
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Ven 28 Mar - 22:49

Ayubi avait remarqué la surprise de Xeno lorsqu’elle venait de prendre l’avantage sur lui. Certes elle se trouvait sur lui maintenant mais toujours avec une position de dominé pour ne pas déstabiliser Xeno car même si elle pouvait mener un petit moment, elle ne voulait pas prendre le dessus ce soir. En tous cas, dans cette position, Ayubi sentit un plaisir bien plus intense l’envahir et la submerger, faisant basculer légèrement sa tête en arrière. Les mains de Xeno venaient se crisper et serraient le drap avec une force assez puissante. Elle comprenait qu’il se retienne pour donner à Ayubi tout le plaisir qu’elle désirait. Ce geste était des plus touchant pour elle car lorsque c’était le moment, peu de mec s’arrêtait pour elle, d’où l’image de simple objet pour certain. Xeno ne pensait pas qu’à lui, il pensait également au plaisir d’Ayubi et à ce qu’il pouvait faire pour elle. Elle le voyait bien et l’admirait pour cela, surtout ses lèvres qui l’envoûtaient de plus en plus, sous le mordillement qu’il avait. Elle sut qu’il devait être en plein bonheur car ses yeux venaient de se fermer et cela était signe de bien être. Ayubi était heureuse de savoir qu’elle aussi lui procurait un plaisir certainement intense.

C’est alors que voyant bien qu’il se sentait à l’aise sous son emprise, Ayubi continua ses mouvements de bas en haut. Son corps ondulait sous les yeux de Xeno, tandis que ses mains se détachèrent des draps pour venir parcourir son corps et glisser sur sa peau déjà ardente. C’est alors qu’elle laissa ses mains se retirer de son appui et vint prendre les mains de Xeno pour les faire toucher sa poitrine en même temps que le bas de son ventre pour lui faire sentir cette chaleur et cette douceur qui émanait de son corps maintenant glissant. Mais Ayubi n’aimait pas cette sensation qui l’envahissait petit à petit. Elle commençait à avoir comme une peur d’être réellement entrain de rêver. Pour ne plus ressentir ce stresse qui s’emparait d’elle, elle venait de ramener le corps de Xeno contre elle et l’embrassa langoureusement. Jouant magnifiquement de sa langue.

Malgré le fait qu’il venait d’arrêter ce baiser, les lèvres de Xeno commencèrent à parcourir son visage d’ange avant de s’abandonner à son cou, faisant contracter le corps d’Ayubi sous le poids du plaisir donner et de cette excitation qu’il lui procurait. Face à cette réaction, Ayubi sentit de même Xeno la serrer un peu plus entre ses jambes, donnant aux pénétrations une puissance qui expulsa un fort gémissement des lèvres d’Ayubi qui se resserra contre son partenaire, laissant ses ongles glisser sur ses omoplates. Elle sentait de même les mains de Xeno qui marquaient une pression sur son corps collé au sien. Elle savait qu’il n’allait plus tenir longtemps mais Ayubi aussi arrivait bientôt à la fin. Encore quelques secondes t c’était bon, elle allait atteindre un orgasme d’une puissance impressionnante pour elle. Les mordillements qu’il lui faisait dans le cou la faisaient craquer.

C’est alors qu’elle sentit une pointe de frayeur chez Xeno. Elle ne voulait pas qu’il est peur de quoi que se soit et essayant de contrôler ses gémissements, elle prit son visage dans ses mains et le regarda droit dans les yeux. Sa respiration était intensément forte face au moment qui se prolongeait et lui faisant un sourire, elle l’embrassa délicatement, passant de nouveau ses mains dans son dos pour lui faire comprendre qu’il pouvait enfin se libérer car elle aussi arrivait au même point que lui. Elle voulait le calmer avec ses douces caresses dans le dos de Xeno pour le rassurer, afin qu’il n’ait pas peur. Elle ne voulait pas l’effrayer, elle voulait qu’il se sente bien jusqu’à la fin, sans le brusquer ni même lui faire repenser à quoi que se soit. Elle voulait simplement toucher au bonheur avec lui et ne pas le quitter, pour rien au monde elle ne voulait le lâcher, pour que son rêve continu et ne s’arrête jamais. C’est alors qu’elle sentit cette chaleur l’envahir d’un seul coup, la faisant se contracter et arrêtant le baiser pour laisser un souffle bien plus ardent que jamais, longer le dos de Xeno. Un cri de total plaisir venait de même accompagner ce souffle et venait de se calmer après un long moment. Ayubi était complètement essoufflée mais elle attendit de même un petit moment pour savoir comment allait Xeno, pour ensuite se retirer de sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ayubi.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Dim 30 Mar - 0:31

Xeno crut un court instant que tout ce qu'il était en train de vivre allait changer sa vie, le metamorphoser completement. Mensonge ou vérité, il ne le saura que lorsque tout sera retombé à plat, quand il ressortira de cette torpeur aride qui le transportait desormais bien loin au dessus de tout. Le jeune garçon n'en pouvait plus, il était vidé de l'interieur et ne désirait nullement s'exterioriser de ce qu'il était en train de vivre avec Ayubi. Ses mains, tremblantes de désir, vinrent accrocher les fines hanches de la jeune fille. Xeno la pressa tout contre lui avec bonheur, et la serra entre ses cuisses pour accentuer ses mouvements qui se voulaient plus violents et le secouaient de part en part de son corps brûlant. Il arrivait au bout de ses forces, mais pas au bout de son plaisir. La jeune fille était haletante et gemissante de plaisir. L'excitation de Xeno atteignit un point culminant. Il sentait la jeune fille se crisper, n'être plus qu'une totale crampe de plaisir tout contre lui. Lui-même avait bien du mal a se contenir maintenant, et le désir et l'attente devinrent tellement puissants qu'ils en devinrent douloureux. Une douleur atrocement delicieuse. Cette douleur envahissait chaque parcelle de peau du jeune garçon, et la pression se faisait sentir de seconde en seconde, à chaque penetration, dans son sexe durcit par un orgasme, maintenant imminent. Xeno serra Ayubi très fortement pour sentir son point culminant à elle, la chaleur qui allait bientôt se degager vivement de son corps humide et fievreux. Le jeune garçon voulait la sentir fremir, trembler entre ses bras et la respirer encore et encore. Soudain, le jeune garçon glissa son nez dans le cou de la jeune fille, et se crispa du bout des pieds jusqu'à la pulpe de ses doigts. Il s'arreta un instant, resta immobile et noué par un désir explosif. Il cria de stupeur et laissa son orgasme parcourir tout son corps tandis qu'il ejacula fortement et à plusieurs reprise en tremblant de bonheur, à tel point qu'il crut bien que ses tympans allaient eclater. Ayubi se mit à trembler et son ventre devint brûlant contre celui de Xeno. Celui-ci respirait maintenant très fort, essouflé et épuisé. Ses muscles se relachèrent un par un tandis qu'il sentit ses cuisses s'humidifier progressivement de ce liquide si sensuel et chaud, fruit de son désir, final de ces embrassades passionées. Ses bras se ramollirent mais ne cesserent de presser la jeune fille. Il embrassait ses cheveux, son visage mouillé, degoulinant de sueur terriblement sensuelle, lui replacait des mèches de cheveux collants derrière ss oreilles, et n'en pouvait plus de la devorer des yeux. Xeno ne s'était jamais aussi serein, aussi bien, tout simplement. Tendrement, il coucha Ayubi dans le lit, et se placa à ses côtés, l'enlacant et caressant son ventre du bout des doigts, lui dessinant sur le corps des arabesques douces et lentes.

Mais, bien que son orgasme l'avait terrassé et que ses pulsions l'avaient quitté, Xeno n'avait pas envie de s'arrêter là. Il voulait relancer un instant la machine infernale, donner du plaisir à Ayubi jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus, l'epuiser et la faire deborder d'excitation. Xeno eut alors une idée, un nouveau désir pointa en lui. Il se retira doucement dAyubi, mais glissa sur elle pour la chevaucher encore une fois. Placant ses mains de chaque côté de ses épaules, le jeune garçon se mit à lechouiller le cou de la jeune fille, jouant avec sa langue, doucement, et descandant progressivement, tout en patiente. Suivant l'effort, il voulait procurer à Ayubi une sensation de calme après la tempête. Lentement, Xeno arrivait au niveau de sa poitrine et joua un instant avec les pointes de ses seins bien rons, encore un peu durs de tout ce plaisir qui l'avait faite etouffer. Le jeune garçon descendait, descendait encore. Toujours avec sa langue, il glissa le long du ventre d'Ayubi. Il disparu sous les draps, mais colla sa bouche, ses lèvres, sa langue sur le bas du ventre delicat de la jeune fille. Bientôt, il allait gouter à un nouveau plaisir charnel, il allait faire du bien à la jeune fille et l'épuiser une nouvelle fois encore. La féminité, le sexe d'Ayubi se devoila sous les yeux fievreux de Xeno qui mis un instant avant de poser doucement ses lèvres, de les presser contre Ayubi. Il pointa sa langue et se mit à jouer avec l'intimité de la jeune fille, attendant un peu avant de toucher delicatement son bouton de plaisir, tout humide de l'orgasme qu'ils venaient d'avoir tous les deux. Xeno commenca doucement, avec tendresse. Il se mit à donner quelques coups de langues avec plus ou moins de profondeur dans le sexe de la jeune fille, et gouta avec délice à ce liquide qui, quelques minutes auparavant, avait été préssé dans le creux de son ventre. La chaleur envahit de nouveau Xeno quand bien même il degusta le fruit de leurs amours. Il enlaca les cuisses de la jeune fille dans ses mains, et glissa sa langue dans le vagin d'Ayubi avec appettit, la lechant avec délice et frisson. Il esperait que la jeune fille aime cela, cet acte naturel et tout nouveau pour Xeno qui n'avait plus qu'une seule et unique pulsion, faire du bien à Ayubi. Il donnait à présent des coups de langue plus vifs, plus reguliers et plus profonds, embrassant l'intimité de la jeune fille, et ondulant doucement la pointe de sa langue chaude. Les glissements se voulaient sensuels et innondés de douceur. Xeno se recroquevilla sur lui-même et s'attarda sur les points sensibles de la jeune fille, esperant au plus profond de lui-même qu'il ne faisait rien de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Ayubi Maaka
° Classe 3 °
° Classe 3 °
avatar

Féminin
Nombre de messages : 111
Age : 27
Classe : ... 3... comme le nombre de fois ou tu perdras...
Orientation sexuelle : bi à dominance hétéro
Petit(e) ami(e) au SHIT : C'est à lui de voir...
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Dim 30 Mar - 3:56

Lorsque Xeno lui offrit l’orgasme le plus incroyable qu’Ayubi eut connu, elle entendit de même le cri que poussa son partenaire sous le poids intense et merveilleux du plaisir qui les envahissait. Pendant un moment, ils restèrent simplement l’un contre l’autre, sans rien faire, ni même bouger, voulant que cet instant reste à jamais gravé entre eux. Elle sentit Xeno se détendre petit à petit, relâchent tranquillement l’enlacement qui les unifiait. L’étreinte se fit moins forte mais les caresses se trouvaient toujours là. Elle était toujours collée à lui, son corps câlinant le sien. Le visage du jeune homme vint alors se plonger dans sa chevelure légèrement humidifiée par cette chaleur qui les tenait. Il embrassa son visage mouillé tout en passant sur les lèvres de la demoiselle et lui replaça tendrement et avec douceur, des mèches qui venaient se coller aux joues d’Ayubi. Ses cheveux longeaient son dos transpirant de bonheur tandis que ses lèvres allèrent chercher les bouffer d’air qui lui permettrait de ralentir les battements de son cœur. Ses yeux dévorant les siens ne pouvaient se détacher de ce jeune homme. Elle se sentait tellement bien avec lui, il venait de lui donner un plaisir encore jamais atteint et un bonheur tellement agréable.

Sentant alors Xeno revenir sur elle, son corps s’allongea sur le drap chaud qui se trouvait sous la couverture. Il était maintenant à ses côtés, caressant avec douceur le ventre d’Ayubi, faisant lentement avec ses doigts des arabesques. Cela la chatouilla quelque peu et un petit rire sortent de ses lèvres pour venir faire trembler légèrement le ventre de la demoiselle. Elle adorait de même ses caresses qui faisaient frémir sa peau sous le contacte. Ayubi savait bien que Xeno avait été extrêmement excité pendant ce rapport, tout comme elle et s’il se sentait comme elle, il n’allait pas vouloir s’arrêter là. Et elle n’avait pas tord, loin de là, car quelques secondes plus tard, il venait de se remettre sur elle en se retirant lentement. Il posa délicatement ses mains non loin de sa nuque, sur ses épaules et commença à embrasser à nouveau Ayubi dans le coup, laissant sa langue faire partit du plaisir. Il prit lentement son temps et commença à descendre petit à petit sa langue le long de son corps. Elle se laissa totalement à lui afin de profiter du plaisir qu’il voulait lui offrir. Xeno n’était pas comme les autres, il faisait attention aux désirs d’Ayubi autant qu’aux siens et ne voulait pas que cela parte d’un seul sens. C’était surtout cela qui faisait qu’Ayubi s’abandonnait à lui et laissait son corps entre ses mains.

Tout doucement, Xeno arriva alors à hauteur de sa poitrine, se stoppant un petit instant à la pointe de ses seins, toujours aussi dure face à l’excitation qu’elle avait eut et à la nouvelle qui se faisait. Mais son chemin ne s’arrêta pas là, la langue de Xeno suivit de ses lèvres continuèrent leur descente sur le corps d’Ayubi, accélérant de plus en plus sa respiration à l’idée de ce qu’il allait faire. Le cœur d’Ayubi se mettait à battre de plus en plus vite face à cette descente interminable qui passait par son ventre pour ensuite disparaître sous les draps. A ce moment là, les mains d’Ayubi serrèrent le drap qui se trouvait sous elle avec une force encore légère. Ses cuisses s’écartèrent de plus en plus l’une de l’autre et le contacte avec ses lèvres et sa langue non loin de son intimité la faisait crisper le bout de ses pieds sous le plaisir qui venait et qui se faisait déjà. Sentant alors le contacte de sa langue sur son intimité, un souffle assez puissant s’échappa de ses lèvres et son corps tout entier se crispa légèrement. Elle se mordait la lèvre inférieure sous le désir qu’il lui procurait et ses yeux se fermaient avec le plaisir.

Alors lorsque la langue de Xeno pénétra le vagin de la demoiselle avec une légère profondeur, un cri accompagné d’un souffle terrible se fit entendre. Les mouvements ne s’arrêtant pas, son corps se contracta, décollant en un arc du drap, le dos d’Ayubi. Sa tête légèrement en arrière, basculant par moment d’un coter à l’autre, elle serrait de plus en plus ses mains contre le drap, laissant des gémissements de plaisir sortir de sa bouche. Les mouvements s’accélérant de plus en plus, devenant plus rapides et profonds, la main d’Ayubi vint alors serrer dans sa paume le cousin sur lequel se trouvait la tête d’Ayubi. Son autre main commença à descendre lentement, venant au contacte de l’une des mains de Xeno qui enlaçaient ses cuisses. A son contacte, Ayubi enlaça ses doigts entre les siens et pour lui faire comprendre qu’il lui donnait un plaisir incroyable, elle serra l’étreinte entre leur main, laissant ses ongles glisses sur le dos de cette dernière. Les gémissements se faisaient plus important à chaque pénétration de sa langue, moins important que le rapport jute avant mais toujours avec autant d’intensité et de plaisir.

Certains mots brûlaient ses lèvres mais ne voulaient sortir. Un sentiment intense la parcourait et comme elle se sentait terriblement bien avec lui, des mots voulaient sortir mais elle les retenait de peur de le faire fuir. Elle avait toujours du mal à ce dire qu’un homme pareil existait, cela semblait tellement irréel qu’elle avait peur de s’endormir ou alors de se réveiller. S’il était vrai, elle voulait qu’au réveille, il se trouve toujours là, avec elle, dormant ou non et elle se trouvant dans ses bras. Mais en ce moment, le plaisir était tellement intense qu’elle se demandait comment elle allait pouvoir le remercier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ayubi.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Lun 21 Avr - 18:02

Xeno avait continué ses caresses languoureuses, heureux de sentir sous ses doigts le ventre fin d'Ayubi trembler doucement. Elle prenait du plaisir tout autant que lui, et c'était bien la seule chose que desirait Xeno. Il releva la tête et voyait avec bonheur Ayubi onduler sous le plaisir et crisper ses mains sur les draps froissés par leurs ébats et encore humides de tout ce désir qui était venu les envelopper et qui perdurait encore autour d'eux. Xeno se hissa tendrement aux côtés d'Ayubi et caressa ses cheveux avec toujours autant d'affection, lui faisant comprendre que le désir était toujours là, caché au creux de son ventre.

Ayubi le faisait rêver. La jeune fille semblait projeter dans la pièce des rayons lumineux, comme si la lumière emanait de son beau visage humide, de ses reins encore tièdes et de ses mains toutes douces qui étaient venues à la rencontre de son corps. Xeno s'approcha d'elle, de ses lèvres mouillées, et la respira un instant tout en la devorant des yeux. Plus rien ne serait pareil desormais. Les choses allaient être diférentes, la vie surement plus douce. Xeno plongea ses yeux dans ceux de la jeune fille et glissa sa bouche sur sa joue chaude avant de l'embrasser fougueusement. Doucement il pressa ses lèvres sur les siennes et echangea avec Ayubi un baiser plus que passioné. Sa main serra ses cheveux légers, tandis que l'autre glissait sur ses formes généreuses et la parcourait comme si le jeune garçon la decouvrait pour la toute première fois. Pour conserver la chaleur qui emanait de son corps et de celui de la jeune fille, il se colla à elle totalement. Tendrement, ses jambes s'enlacèrent avec les siennes.

De la sorte, il sentit sa poitrine se presser contre lui et de nouvelles envies brûlantes ressurgirent en lui mecaniquement, avec ardeur et fougue. Le jeune garçon passa sa main vers le bas, et observait Ayubi, tout à sa merci avec des flammes dans les yeux. A elle de decider. Peut-être était-elle fatiguée, peut-être le plaisir avait-il été trop grand. Pourtant, bien que la nuit était entamée, elle n'était pas terminée pour autant. Le temps semblait interrompu, suspendu par un désir immense et une fièvre infinie. Le jeune garçon ne se rendait plus compte de rien, il était dans un état second, un état de transe, un état de désir pur et dur. D'un regard, d'une pression, il le fit savoir à Ayubi. Le désir était redoublé.
Revenir en haut Aller en bas
Ayubi Maaka
° Classe 3 °
° Classe 3 °
avatar

Féminin
Nombre de messages : 111
Age : 27
Classe : ... 3... comme le nombre de fois ou tu perdras...
Orientation sexuelle : bi à dominance hétéro
Petit(e) ami(e) au SHIT : C'est à lui de voir...
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   Sam 3 Mai - 17:59

Ayubi se laissait totalement inonder de plaisir intense et d’infini désir. Xeno faisait tous pour elle et sous son emprise, une emprise des plus douces qu’il soit, Ayubi ne pouvait que fondre de bonheur et d’intense volupté sous les caresses incessantes que lui offrait sans relâche son partenaire. Elle le regarda droit dans les yeux, lui qui remontait son corps, caressant de sa peau humide la sienne. Maintenant à sa hauteur, elle le regardait toujours, sa respiration se faisant rapide mais diminuant petit à petit. Les caresses ne cessèrent pas mais continuèrent dans la chevelure de la demoiselle, lui faisant comprendre que le désir qui les consumaient se trouvait toujours présent. Cela ne lui déplut pas le moins du monde car étrangement, elle aussi était toujours habitée par cet ardant désir qui lui brûlait la peau. Le visage de Xeno, aussi humide que le sien, venait de se rapprocher d’elle, ses yeux la dévorant et cet instant si intense la rendant impatiente. Cela devenait une torture de ne plus rien faire, de ne plus sentir cette chaleur l’envahir même si pour le moment, rien ne refroidissait, autant le désir que la passion qui les contenaient.

Les lèvres douces du jeune homme glissant sur la joue fine d’Ayubi, un baiser des plus fougueux vint raviver la flamme qui les faisaient vivre à cet instant précis. Leurs lèvres se serrant de plus en plus, Ayubi sentit la passion et l’incroyable sensation qui les embrasaient. La main de Xeno se resserra dans sa chevelure, excitant de plus en plus sa partenaire qui sentait son autre main parcourir ses formes délicieuses, la découvrant à nouveau. Ayubi n’en pouvait plus, elle le désirait encore, comme jamais elle n’avait désiré personne. Xeno la rendait folle et mélangeait dans un paradis d’envi, ses sensations, ses émotions et ses désirs les plus fous. Elle en voulait encore plus et voyant les gestes de Xeno, lui aussi semblait la désirer encore, comme si le plaisir qui les envahissait n’avait pas fini de s’épuiser. Comme si leur réserve de plaisir était devenue infinie. C’est en sentant le corps de Xeno se reposer sur le sien, enlaçant de ses jambes les siennes, qu’Ayubi n’eut plus de doute. Elle en voulait bien plus.

Sa poitrine se collant à son torse et sa peau enveloppant la sienne d’un toucher et d’un contacte flamboyant, Ayubi ne pouvait plus se contrôler. Elle le désirait encore plus et pour calmer ses ardeurs, Xeno allait pouvoir reprendre cet intense moment qui les avaient enivré, il y a peu. La main de Xeno descendant vers le bas, c’est un souffle chaud et ardant qui suivit l’inspiration du mouvement. Ayubi était totalement livré à Xeno, elle se laissait faire et était prête à succomber à tous les caprices de son partenaire. Et c’est d’un regard et surtout de cette pression qui se faisait de plus en plus sentir entre ses cuisses, qu’Ayubi lui fit comprendre qu’elle aussi en voulait encore plus. La nuit ne faisait que commencer et quelque chose nous dit qu’elle est loin d’être finie. Ayubi embrassa des plus fougueusement Xeno et de manière encore plus excitante qu’avant, emportant dans cet élan de fougue le corps de Xeno qui se retrouva sur elle, entre ses jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ayubi.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)   

Revenir en haut Aller en bas
 
De retour au dortoir après ce si beau moment (pv: Xeno)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
South Harmon Institute of Technology :: ---| 1ère étage |--- :: 
| Les chambres 1er couloir |
 :: 3°) Saketeru Ika et Ayubi Maaka
-
Sauter vers: